Le 14 octobre prochain Christie’s proposera aux enchères la succession de feux Monseigneur le Comte de Paris et Madame la comtesse de Paris. Parmi les 600 lots proposés, constitués des souvenirs les plus précieux et les plus intimes de la famille royale, se trouvent de nombreux bijoux…

Citons un rare ensemble de bijoux romantiques du XIXe siècle ornés de miniatures figurant des portraits de famille. Ainsi quatre bracelets provenant de la collection personnelle de Marie-Amélie des Deux Siciles, dernière Reine que la France ait connue, sont ornés de 24 miniatures représentant chacune un de ses petits enfants. Plusieurs d’entre elles sont signées de François Meuret (1800 -1887) l’un des miniaturistes les plus célèbres du XIXe à qui la famille d’Orléans passa de nombreuses commandes (estimation 8 000 €-10 000 €).

Deux autres paires de bracelets du même François Meuret sont également proposées. La première en turquoises et perles montées sur or, représente le roi Louis Philippe et la reine Marie-Amélie (estimation 6000-8000 €). La seconde en perles fines montées sur or, représente les duchesses d’Aumale et de Nemours, belles filles du Roi des Français (estimation 5 000- 7 000 €).

D’autres bracelets en or, eux aussi ornés de miniatures, proviennent du célèbre joaillier parisien Morel, successeur de Nitot et prédécesseur de Chaumet. Une imposante broche en or, émaux et diamants, provenant de la reine Marie-Amélie est ornée de deux miniatures représentant le roi Louis-Philippe et son fils aîné le duc d’Orléans (estimation : 20 000-30 000 €).

Une broche formée d’un monogramme Y et M en diamants, au chiffre de la première Comtesse de Paris (1848-1919) est un rarissime exemple des insignes portés par les dames d’honneur de l’épouse du prétendant au trône de France après la chute de la monarchie (estimation : 3 000 – 4 000 €. A noter également une paire de broches en diamants et turquoises offerts à la deuxième comtesse de Paris (1911-2003) lors de son mariage en 1931.

Est également proposé un ensemble important d’une soixantaine de sceaux du XIXe siècle en or, argent, ivoire, bronze, cristal, pierre dure ou nacre aux armes des Orléans, surmontés d’une couronne royale ou impériale pour certains ou flanqués d’une fleur de lys pour d’autres.

Tous proviennent de la famille d’Orléans ou de différentes familles royales qui leur sont alliées : Brésil, Naples, Portugal. On citera pêle-mêle un sceau en bronze ciselé aux armes du duc d’Orléans, dauphin (estimation 2 000-3000 €) un autre en jaspe sanguin gravé des chiffres M.A. surmontés d’une couronne royale (estimation 800-1 200 €).

Signalons encore ce médaillon orné d’une miniature représentant le jeune Louis XVII en prison et provenant de sa s.ur Madame Royale. L’objet est daté du 24 décembre 1794 et porte une inscription. C’est l’un des très rares portraits du jeune roi au Temple(estimation : 6 000 – 8 000 €).

Liens connexes :